isolation mur parpaing

Au sein d’une bâtisse, les problèmes d’isolation sont monnaie courante. Elles sont encore plus accentuées lorsque la maison n’est pas entretenue correctement. C’est également le cas quand vous faites l’acquisition d’une maison ancienne. Ces infrastructures traditionnelles sont régulièrement des passoires thermiques. En raison de l’inefficacité flagrante de certains matériaux utilisés quelques décennies plutôt, l’isolation des murs et des autres maçonneries furent négligées. Dorénavant, plusieurs produits isolants permettent de renforcer la structure murale. Le parpaing, très en vogue, actuellement, consolide et procure des performances isothermique exceptionnelles. Toutefois, certaines interrogations restent sans réponse.

Le parpaing, de quoi, s’agit-il ?

Dans le domaine de la construction et de l’habitat, tout artisan, ouvrier, ou professionnel du métier connaît les facultés incroyables du parpaing. Fabriquée à partir de blocs de béton, cette matière est particulièrement solide et résistance. Depuis quelques années, il est devenu le matériau par excellence en matière de travaux de maçonnerie. Auparavant, il était destiné à des ouvrages industriels et notamment commerciaux. Ce n’est que plus récemment que son utilisation auprès de maison individuelle s’est largement démocratisée. Leur exploitation a suscité beaucoup d’intérêts si bien que 80 % des infrastructures construites depuis une décennie ont nécessité du parpaing. Ces statistiques furent établies sur un large échantillon de ville française. En tant qu’isolant, il neutralise les ponts thermiques et offre une protection optimale des murs.

Que valent réellement les parpaings isolants ?

Si vous souhaitez effectuer quelques travaux de rénovation et d’isolation, le parpaing est un choix tout à fait judicieux. C’est un matériau de qualité certifiée qui est connu pour ses propriétés isolante à action immédiate. Par rapport à l’installation, on peut nettement affirmer que la pose de ces isolants s’effectuer de manière très simple. Ils s’emboîtent les uns sur les autres et nécessitent peu d’expertise. Peu encombrant, leur épaisseur est modérée et permet un gain d’espace significatif. Grâce à sa robustesse, les parpaings résistent aux ravages du temps et ne craignent pas les intempéries. Ainsi, vous êtes tranquille pour un bon bout de temps. Complètement ignifuge, il y a peu de risque qu’un incendie se déclenche dans votre maison.

Combien ça coûte ?

Le recours aux parpaings isolants est sans nul doute la meilleure option d’isolation de façade. Néanmoins, puisque tout à un prix, ici, le tarif est particulièrement abordable. Facturé au m2, le coût d’acquisition de ces matériaux se situe dans l’intervalle 60 et 80 €. Toutefois, ce montant peut varier en fonction du type de produit et de la marque que vous avez choisi. À noter qu’il existe une grande distinction entre parpaing classique et parpaing isolant. Ce dernier pourrait vous revenir jusqu’à deux fois plus onéreuses. Ce qui est certain, c’est qu’il y a un écart important de performance entre ces deux modèles. Lors de la décision finale, il vous incombe d’évaluer en votre âme et conscience quel produit vous convient le mieux. De nombreux sites spécialisés et magasins proposent un devis afin que vous puissiez vous faire une idée sur le montant des dépenses.

isolation contre cloison

Le confort dans la maison dépend généralement de vos choix durant la construction ou la rénovation. Vous pourriez par exemple choisir entre réaliser une isolation ou poser une cloison afin d’éviter ou limiter au maximum les fuites d’énergie. Nous allons voir à travers cet article les avantages de ces deux interventions afin de vous aider à faire le bon choix.

De bonnes raisons de réaliser une isolation

Pour commencer, vous devez savoir que la réalisation d’une isolation thermique vous permettra de réaliser d’importantes économies d’énergie. Effectivement, vous aurez l’opportunité d’éliminer les ponts thermiques, une fois l’isolation est bien faite. Dans ce cas, aucune perte d’énergie ne se réalisera surtout en hiver. Vous pourriez avoir la certitude que l’intérieur de votre habitation sera confortable à tout moment en réalisant une isolation thermique. D’ailleurs, comprenez bien que ce type d’intervention peut se faire à l’intérieur ou depuis l’extérieur en fonction de vos besoins et de votre budget. De plus, vous aurez un important niveau de confort à tout moment à condition que vous fassiez les choses correctement. Ainsi, les parois froides et les mauvaises sensations causées par le froid n’auront plus aucune place dans votre habitation. Dans tous les cas, assurez-vous de trouver un isolant capable de répondre pleinement à vos attentes et vous n’aurez aucun problème à l’avenir. Par ailleurs, n’oubliez pas que le fait de bien isoler la maison vous permettra de la vendre facilement. Effectivement, les potentiels acheteurs seront nombreux une fois qu’ils sauront que le bâtiment est bien isolé. Enfin, n’oubliez pas qu’une isolation thermique est une action complètement écologique contrairement à ce que vous pourriez l’imaginer.

Parlons maintenant de la pose de cloison

Pouvant être réalisée avec plusieurs matériaux, la pose de cloison peut aussi vous aider à améliorer l’isolation de votre habitation. En outre, n’oubliez pas que les cloisons ne se posent qu’à l’intérieur de la maison contrairement à ce que vous pourriez vous imaginer. Il vous sera par exemple possible de choisir une verrière pour cloisonner la cuisine du salon. Cela vous permettra de séparer les deux pièces tout en laissant passer la lumière. En outre, vous pourriez utiliser une demi-cloison si c’est ce qui vous convient. D’un autre côté, vous aurez besoin d’une cloison avec une parfaite isolation si vous comptez séparer une chambre avec un espace de vie. Assurez-vous que l’isolation que vous choisirez ait un avantage acoustique. Ajouter à cela, il est important que vous utilisiez un matériau capable de supporter une forte attraction si vous comptez mettre de lourdes charges sur votre cloison. Mis à part cela, elle doit être capable de prendre en compte un système d’isolation plus performant si vous pensez à utiliser la cloison comme doublure d’un mur d’enceinte. Vous verrez par vous-même le niveau de confort que la cloison vous offrira.

En somme, il faut admettre que l’isolation et la pose de cloison sont toutes des options intéressantes pour garantir le confort dans votre habitation. Toutefois, il vous est recommandé de demander l’intervention d’un spécialiste en la matière afin d’assurer le niveau de confort de votre habitation.

quel isolation pour les combles

Depuis le toit de votre maison, une forte déperdition de chaleur se fait sentir. Cette baisse de température se fait sentir, surtout lors des saisons froides. Il est donc nécessaire de choisir une excellente isolation sur cette partie de votre maison pour ainsi conserver votre confort thermique chaque saison. Pour l’isolation de vos combles, voici quelques astuces pratiques à prendre en compte.

Les différents types d’isolant pour les combles

Il existe toute une variété de matériaux à utiliser pour l’isolation de vos combles. Mais avant cela, il est vivement recommandé de bien calibrer la quantité des isolants à poser lors des travaux d’isolation des combles pour qu’il n’y ait pas de fuite de chaleur. Donc la pose de l’isolation doit se faire avec délicatesse et de préférence par une équipe professionnelle. Pour les isolants, le choix est multiple. Vous pouvez donc choisir la laine minérale qui est constituée de roche volcanique ou de silice. Il y a aussi la laine végétale, la laine animale ou encore le liège qui se compose de cellule remplie d’air. C’est l’isolant par excellence pour les combles. Vous pouvez également choisir la fibre de bois, la perlite ou bien les isolants minces qui sont structurés par les films réflecteurs. En choisissant les isolants minces, vous optez pour une solution qui permet de réduire l’épaisseur d’isolation jusqu’à 20 fois.

Isolant et santé

En général, les matériaux isolants n’engendrent pas de dégâts sur la santé. Toutefois, le polystyrène présente quand même un danger si par malheur votre maison est attaquée par les flammes. Et pour la pose de l’isolation en laine de verre et laine de roche sur vos combles, il est quand même souhaité de porter des protections des voies respiratoires pour éviter l’inhalation de produit pouvant nuire à votre santé. Il est quand même plus pratique de prévenir que de guérir, n’est-ce pas ?

Zoom sur le prix des isolants pour les combles

Le coût des isolants pour vos combles varie selon sa qualité. Pour la laine de roche et la laine de verre, son prix varie entre 5 et 10 € le m2. Ce sont donc les matériaux isolants les moins coûteux que le marché puisse vous proposer. Si vous voulez opter pour le verre cellulaire ou bien le roseau, il vous faut un budget entre 35 et 40 € par m2. Il est quand même bon de vous rappeler qu’il existe des isolants qui conservent votre isolation thermique, mais réduisent l’isolation phonique.

Aussi, il faut être précis que la performance et la durabilité des isolants que vous allez choisir lors de l’acquisition des matériaux. Pour la durabilité, c’est le verre cellulaire qui se trouve en haut de la liste avec une durée de vie qui va au-delà de vos espérances et peut même être réutilisé. Dans la même catégorie de durabilité, on y trouve également la ouate de cellulose, le lin ou encore la fibre de bois. Moins efficaces, l’isolant mince ainsi que les plumes de canard ne sont pas très recommandés du fait de leur faiblesse en durabilité.

Barrière de parking automatique, à quoi ça sert ?

En matière de sécurité, la mise en place d’une barrière de parking s’avère parfois la solution idéale pour bon nombre de choses. En effet, ce dispositif est utilisé pour limiter le transit à l’intérieur de parkings et autres accès. Que ce soit pour la sécurité des véhicules, des piétons ou pour l’habitation, le choix d’une barrière de parking ne doit pas se faire à la hâte. Cap sur la barrière de parking automatique.

Qu’est-ce qu’une barrière de parking automatique ?

Comme son nom le laisse deviner, une barrière automatique est un dispositif automatisé permettant de contrôler l’accès aux véhicules et passagers. Celle-ci est équipée d’un mécanisme d’ouverture et de fermeture automatique qui s’installe facilement dans différents sites. Selon le modèle choisi, une barrière de parking automatique peut être à la fois robuste, pratique et fiable en matière de sécurité. Vu que c’est un dispositif automatique, son temps de manœuvre est très rapide, ce qui permet de laisser rapidement le passage aux véhicules autorisés tout en contrôlant les intrusions ou les véhicules suspects. Qui plus est, cet équipement est facile, voire même rapide à mettre en place, et s’adapte parfaitement à tout type de sites. Grâce à sa technologie optimale, son utilisation est plus simplifiée.

Comment fonctionne ce dispositif automatique ?

Le fonctionnement d’une barrière de parking automatique est facile, à la portée de tous. Grâce à la structure qui constitue la barrière, l’automatisme et l’électronique de commande sont renfermés. Chaque fois que l’on appuie sur le bouton de la télécommande, la barre s’ouvre et se ferme automatiquement. Sachez que le temps d’ouverture d’une barrière de parking automatique est de 3 à 5 secondes. Tandis que pour les plus rapides, elles ont une durée d’ouverture de 2,2 secondes.

Où installer sa barrière de parking automatique ?

Une barrière de parking automatique s’impose pour contrôler l’accès des véhicules dans différents endroits. Elle trouve facilement sa place dans les parkings des résidences afin d’éviter les intrusions. Également, celle-ci est parfaite pour contrôler les zones industrielles ainsi que les sites d’entreprises. Toute zone à risque doit être bien sécurisée au moyen d’une mise en place de barrière de parking automatique voire même dans un parking public.

Quelle barrière de parking automatique choisir ?

Différentes typologies de barrières de parking automatique existent dans le commerce. Pour bien choisir la barrière de parking automatique correspondant à vos attentes, il est impératif de prendre en considération quelques critères importants. Un aspect à prendre en compte parmi eux s’avère la longueur de la barre. En effet, la barrière peut avoir des dimensions allant de 3 mètres à 7 mètres. Ainsi, selon la largeur du passage que l’on veut délimiter, il suffit de choisir la barre plus ou moins longue en mesure d’éviter effectivement le transit des voitures.

comment poser l’isolation des murs

Souvent, lors de chaleur suffocante ou de froid intense, les occupants perdent le confort de leur maison. Un problème fréquemment rencontré par les résidents suite à une déperdition de chaleur face aux murs qui permet de réduire le confort thermique et acoustique de la maison surtout pendant les saisons estivales ou hivernales. En effet, les murs, l’une des principales origines de l’affaiblissement du confort de l’habitat, méritent d’être isolés pour s’affranchir des dépenses en matière de consommations d’énergie en chauffage dans une demeure. La technique de pose de ces isolants sur les murs requiert en effet des étapes à suivre scrupuleusement.

Les types d’isolant conçus pour les murs

Comme d’autre type de menuiserie, les murs disposent aussi des matières pour les isoler. En général, chaque menuiserie (toiture, sol, mur, fenêtre) à leur propre isolant adepte à leurs fonctionnalités. En ce qui concerne l’isolant conçu pour les murs, ceci doit être obligatoirement exhibé par une tenue mécanique afin d’anticiper aux divers tassements de l’isolant après un certain temps. À part les caractéristiques à savoir sur les produits idéals pour l’isolation des murs, il faut aussi se pencher sur ces différentes natives à savoir les laines que ce soient en verre, en roche en chanvre, en bois, en lin ou en coton, tout est efficace, ensuite le polystyrène PSE, les plumes de canard, le polyuréthane et enfin les textiles recyclés.

La pose de l’isolation sur les murs

Concernant la pose de l’isolation sur les murs, il est indispensable de savoir si celle-ci est conçue pour l’isolation à l’extérieur ou à l’intérieur de votre maison. Quant à l’intérieur, l’isolation du muret ne réclame aucune modification sur votre habitation. De plus, sa pose est facile et n’exige aucune intervention de professionnel. Dans le cas contraire, la pose d’un isolant placé à l’extérieur du logement est presque identique à la précédente, car elle ne requiert aucune modification de la façade. Par contre, cette dernière nécessite au préalable une déclaration auprès de la mairie.

Par ailleurs, il existe une multitude de choix en fonction des matériaux et techniques d’isolation des murs à savoir les panneaux isolants, notamment dotés de certaines substances comme la cellulose, les fibres de bois ou l’ouate. De plus, sa fixation se fait au niveau de la paroi du mur et doit être recouverte d’un enduit de finition expressément ajusté à ce panneau. Ensuite, l’isolation à la laine minérale, une technique réservée uniquement pour les sous ossature bois ou métallique, doit être vêtue de placoplâtre. Ultérieurement, le doublage mural est la technique très simple et facile à poser, car il suffit de le coller seulement au mur et en le recouvrant avec un parement. Et enfin, l’isolation par remplissage spécialement par des cloisons creuse. Cet isolant est utilisé pour remplir les murs avec des polystyrènes ou même avec de la laine en flocon.

Isoler les bas de porte

Les bas de porte laissent souvent échapper une grande partie de chaleur dans la maison. Autrement dit, ces parties sont sources de déperditions thermiques. Ainsi, isoler les bas de porte est plus que primordial si l’on souhaite bénéficier du confort thermique. C’est justement notre thème du jour.

Pourquoi isoler les bas de porte ?

La porte d’entrée est très vulnérable aux pertes de chaleur. Elle laisse l’air extérieur s’infiltrer dans la pièce tout en laissant également échapper la chaleur intérieure. Et ce, à cause des bas de porte qui sont mal isolés. Cette partie comporte un trou plus moins grand selon la configuration de la porte. Plusieurs raisons doivent nous amener à isoler les bas de porte.

D’abord, une pièce froide rend la vie moins confortable. Quoi de plus désagréable que de grelotter de froid dans sa propre maison ? Ensuite, cette situation nuit à notre santé. D’après des études, le froid réduit considérablement notre défense immunitaire. Enfin et non le moindre, les pertes de chaleur dues au problème d’isolation des bas de porte est dommageables à notre portefeuille. Une maison froide risque d’augmenter notre facture d’électricité et de chauffage. Eh oui, nous serons obligés de mettre les systèmes de chauffage en pleine puissance. Alors, bien isoler les bas de porte permet de faire des économies d’énergie. Cette liste est non limitative. Il y a autant des raisons, pourquoi il est important d’isoler cette partie de dispositif d’entrée.

Comment isoler les bas de porte ?

Une porte d’entrée nécessite une bonne isolation afin de diminuer les pertes thermiques et les nuisances sonores. Pour ce faire, il faut obstruer tout ce qui pourrait laisser infiltrer l’air sur la porte. Dans cette optique, pensez aux bas de porte.

Plusieurs techniques peuvent être envisagées, mais pour jouer la simplicité, utilisez un bas de porte isolant. Celui-ci prend la forme d’un bourrelet en caoutchouc. Quant à son installation, l’isolant est à fixer à la porte à l’aide des clous ou de la colle. Il faut seulement savoir que ce matériau pour isolation de bas de porte s’use rapidement. Si vous souhaitez un équipement durable, le mieux est d’utiliser un isolant pivotant. Comme son nom le laisse deviner, celui-ci se rétracte chaque fois que la porte pivote. L’isolant en question se relève automatiquement lorsque vous ouvrez ou fermez la porte. Cela évite l’isolant de bas de porte de frotter le sol. Vous pourrez également miser sur la plinthe automatique. Celle-ci est à encastrer dans le sol. Cette liste est non limitative, on peut aussi calfeutrer une porte pour renforcer son isolation.

Les avantages d’installer un chauffe eau solaire dans une maison

L’eau chaude a une vertu thérapeutique. Aussi, il est bien d’utiliser de l’eau chaude tous les jours. Cependant, il n’est pas facile de produire de l’eau chaude sanitaire matins et soirs surtout lorsqu’on est en famille nombreuse. Sauf si vous utilisiez un chauffe-eau. Cet appareil permet de produire une quantité importante d’eau chaude en un temps raisonnable. Mais il est nécessaire de bien choisir ce produit, car il pourrait être énergivore et difficile d’entretien. Dans cet article, nous allons voir les avantages d’installer un chauffe-eau solaire dans une maison.

Installation d’un chauffe-eau solaire : que des avantages !

Plusieurs avantages s’offrent à vous lorsque vous choisissez d’utiliser un chauffe-eau solaire dans votre maison. D’abord, elle permet de fournir de l’eau chaude tout au long de l’année. Quelle que soit la saison, hiver ou été, ce chauffe-eau fonctionne toujours. Certes, le rendement baisse en hiver faute de l’ensoleillement. Mais il faut savoir que les apports solaires de cet appareil de production d’eau chaude sont toujours importants.

Ensuite, l’utilisation d’un chauffe-eau solaire permet de réaliser de belles économies d’énergie. Le soleil produit une énergie gratuite et durable. Ainsi, vous n’avez pas besoin d’utiliser de l’énergie fossile ou de gaz pour produire de l’eau chaude dans votre maison. Seulement ’installation qui demande un budget, après vous pourrez bénéficier d’une énergie gratuite. Ce qui permettra de réduire votre facture énergétique.

L’installation d’un chauffe-eau solaire contribue également à la lutte contre la dégradation de l’environnement. Il faut savoir que l’énergie solaire respecte bien l’environnement. Faisant partie de l’énergie verte, celle-ci permet de limiter les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. En outre, le chauffe-eau solaire utilise de l’énergie renouvelable à 100 %.

Quid du fonctionnement des chauffe-eau solaire ?

Bien sûr, le chauffe-eau solaire fonctionne différemment de celui des modèles électriques. L’appareil en question fonctionne à partir de l’énergie produite par les rayons du soleil. Pour cela, il faut que vous installiez des panneaux solaires ou des capteurs sur votre toiture. Ces appareils se chargent de recueillir la chaleur du soleil et de la transformer en électricité. Il faut alors bien installer ces appareils, sinon il n’y aura pas d’électricité. Pour éviter les mauvaises surprises, il est recommandé de faire appel à un professionnel.

Quant au branchement, le chauffe-eau solaire doit être branché avec les panneaux pour bénéficier de l’énergie. L’électricité ainsi produite va alimenter l’appareil de production d’eau chaude. À noter qu’il existe plusieurs types de chauffe-eau solaires : chauffe-eau solaire individuel, combiné et hybride.

Qu’est ce qu’une maison basse énergie

Dans l’optique de lutter contre le réchauffement de la planète, la plupart des ménages se lancent actuellement dans la réduction de leur consommation énergétique. D’ailleurs, l’Union européenne a déjà sorti des législations pour obliger les citoyens de l’Europe à consommer moins d’énergie. De ces législations sont nés différents concepts pour désigner les bâtiments. Parmi eux figure notamment et la notion de « maison basse énergie ». On en entend souvent parler, mais on ne sait pas exactement ce que c’est. Le point donc sur la maison basse énergie.

La maison basse énergie comparée aux autres maisons

D’abord, comparée à la maison classique, la maison basse énergie est une maison qui a besoins de très peu d’énergie de chauffage pour fonctionner. En effet, les maisons basses énergie ont été conçues ou ont été rénovées dans le but de réduire leurs besoins en chauffages. Donc, ils sollicitent moins les systèmes de chauffages intérieurs. Ce qui a pour conséquence de diminuer le fonctionnement de ces systèmes de chauffages et donc leur consommation d’énergie est aussi réduit. Par la même occasion, la facture de chauffage connaît une baisse considérable.

On remarque que la maison basse énergie est souvent confondue avec la maison passive, or, ces deux catégories de maisons ont chacun leur spécificité malgré le fait que tous les deux font des économies d’énergies importantes.

En effet, par rapport à la maison basse énergie, la maison passive n’utilise pas de système de chauffage intérieur, mais se chauffe exclusivement par les apports caloriques du soleil. Il y a donc absence totale d’appareils de chauffage intérieur au sein de ces maisons passives. Ce qui fait qu’elles consomment beaucoup moins d’énergies que les maisons basses énergies qui utilisent, elles, des systèmes de chauffages intérieurs.

Les niveaux de performance de la maison basse énergie

Une maison doit avoir un niveau de performance énergétique élevée pour pouvoir être qualifiée de maison basse énergie.

Premièrement, une maison est dite basse énergie quand elle consomme moins de 30 kWh/m² par an. C’est notamment 5 fois moins que la consommation d’une maison classique.

Deuxièmement, le niveau d’isolation k de la maison doit être inférieur à 45. Le coefficient k désigne un niveau d’isolation globale d’une maison (isolation de la toiture, des fenêtres, du sol, etc.).

Enfin, il y a la performance énergétique E qui doit être de 100 selon la norme européenne. La valeur du coefficient E est obtenue en tenant compte des sources d’énergie renouvelables, du type de chauffage et d’approvisionnement d’eau chaude, du degré d’étanchéité de la maison, l’utilisation de l’énergie solaire, l’incorporation d’un système de ventilation, etc. En faite, E sert à désigner la consommation globale d’un bâtiment.

D’ailleurs, tous ces niveaux de performance énergétique des bâtiments sont maintenant imposés par l’Union européenne dans le cadre des fameuses normes de performances énergétiques des bâtiments (PEB). Tous les États de l’Union ont l’obligation d’appliquer les directives européennes y afférentes.

Comment obtenir une maison basse énergie ?

Pour avoir une maison basse énergie, plusieurs techniques sont utilisées. Rappelons que l’objectif d’une maison basse énergie est de réduire l’utilisation des appareils de chauffage intérieurs pour diminuer la consommation énergétique et aussi l’émission des gaz à effet de serre.

Pour parvenir un tel but, on doit d’abord optimiser au maximum l’isolation d’une maison : le mur, le sol, la toiture et surtout les fenêtres doivent tous faire l’objet d’une bonne isolation. Ainsi, les murs, les sols, la toiture doivent être revêtus d’une couche d’isolation de 15 cm à 20 cm, l’ossature en bois de maison doit aussi être plus épaisse. De plus, les châssis doivent avoir un double ou même un triple vitrage.

Ensuite, la maison doit être aménagée de telle sorte à ce qu’elle profite un peu plus de l’apport de l’énergie solaire. Pour ce faire, il est conseillé de l’équiper de larges baies vitrées ou encore de fenêtres de toits dans les combles.

De plus, l’étanchéité de la maison à l’air et à l’eau doit être améliorée pour un résultat optimal. Malgré cela, il ne faut pas négliger la ventilation qui doit être contrôlée.

En outre, les systèmes de chauffages classiques sont connus pour leur importante consommation d’énergie et leur haut niveau d’empreinte carbone (émettent beaucoup de CO2). C’est pourquoi, on préconise également de les remplacer par des systèmes de chauffage plus moderne et plus performant comme les pompes à chaleurs, les poêles à bois, les chaudières à condensations, etc.

Zoom sur les volets roulants solaires

Equiper ses fenêtres de volets roulants c’est bien, mais équiper ses fenêtres de volets roulants performants et économiques, c’est encore mieux ! Voilà pourquoi il faut penser à des volets roulants solaires. Zoom sur ces types de volets roulants.

Les volets roulants solaires : les essentiels à retenir

Tel son nom l’indique, le volet roulant solaire utilise l’énergie solaire. Son fonctionnement n’a rien de compliqué. Le volet intègre un moteur ainsi qu’un petit panneau solaire discret (lequel est fixé sur le coffre). Le panneau en question capte l’énergie du soleil ou plus exactement, transforme le rayonnement solaire en électricité. L’énergie ainsi captée est par la suite transmise à la batterie puis stockée afin d’assurer l’alimentation et l’autonomie du volet roulant. Bref, le moteur est alimenté via la batterie.

Pourquoi vous laissez séduire également ?

Du fait de leurs nombreux atouts, les volets roulants solaires séduisent de plus en plus de particuliers. Une installation rapide et plus simple, telle est la première promesse. En fin de compte, lors de la pose, vous n’avez pas à raccorder votre volet roulant solaire au secteur. Comme il n’y aura pas d’installation électrique, vous pouvez préserver l’apparence de la façade de votre maison. Il s’agit surtout de la meilleure solution surtout si vous habitez dans une maison d’un certain âge ?

Concernant la performance, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les volets roulants solaires n’ont rien à envier aux volets roulants électriques ! Puisque ceux-ci utilisent l’énergie solaire, ils fonctionneront même en cas de problème d’électricité. Et retenez que même quand il fait gris, mais aussi en hiver, ils peuvent toujours bien fonctionner. En effet, avec une autonomie de plusieurs jours généralement, la batterie permet toujours l’ouverture et la fermeture automatique des volets, même dans les pires conditions. D’ailleurs, prenez note que vous pouvez programmer l’ouverture automatique de vos volets. En misant pour un modèle intelligent (lequel peut par exemple commander l’ouverture automatique selon la température extérieure et l’ensoleillement), ayez l’assurance d’une maison plus performante.

Comme avec les volets roulants classiques, vous pouvez également avoir la garantie d’une sécurité optimale avec les volets roulants solaires. Résistance renforcée à toutes tentatives d’effraction, système de détection d’obstacles, etc., les fabricants ont pensé à tout !

Mais le plus intéressant c’est que les volets roulants solaires réduiront votre facture énergétique. Eh oui, misez pour ce type de volet roulant et votre portefeuille vous en remerciera ! Même si vous devez débourser plus lors de l’achat, vous réaliserez de vraies économies sur le long terme. Enfin, choisir des volets roulants solaires, c’est également faire un geste écologique. Cela vient du fait que l’énergie solaire est une énergie propre et renouvelable.

Comment consommer moins d’énergie au sein de sa maison individuelle ?

L’économie d’énergie reste un défi de taille pour les ménages actuellement. Si vous aussi vous vous posez des questions sur les manières les plus adéquates et les plus efficaces pour consommer le moins d’énergie possible dans votre maison individuelle, vous ne pouviez pas mieux tomber. Cet article vous donne l’essentiel sur ce qu’il y a à savoir à ce sujet.

Infrastructures et équipements économiques

Pour consommer moins d’énergie, il est tout d’abord nécessaire d’identifier les facteurs et les équipements indispensables qui font qu’on en consomme. Premièrement, le chauffage et l’eau chaude sanitaire restent les systèmes qui sollicitent le plus d’énergie dans votre maison avec 60 % de la consommation totale. Viennent en seconde place les appareils multimédias et informatiques et les appareils électroménagers (28 %) pour finir en dernière place avec l’éclairage qui ne représente que 4 %.

S’il n’est pas question de faire sans ces équipements, vous devez de prime abord vous soucier de l’isolation de votre maison en général. C’est elle qui prime bien avant la performance d’un bon système de chauffage économique. Il ne faut pas lésiner sur les moyens pour investir dans des équipements qui peuvent coûter cher à l’achat, mais qui s’amortissent largement sur le long terme. En ce sens, vous pouvez migrer vers une chaudière à condensation, des radiateurs intelligents, etc. que vous pouvez contrôler et qui possèdent aussi des systèmes d’autorégulation pour ne consommer que ce qui est réellement nécessaire pour satisfaire vos réels besoins.

Les gestes réguliers qui contribuent à la réduction de votre consommation

  • Le chauffage programmable

Étant donné que le chauffage est le plus énergivore des équipements domestiques, il va de soi que c’est de ce côté que vous devez commencer après que vous ayez réglé les questions de l’isolation. Avec les équipements modernes, vous pouvez régler respectivement au degré près les températures dans les différentes pièces de votre maison. Ayez le réflexe de ne pas chauffer inutilement les pièces autres que les pièces à vivre. C’est aussi le cas quand vous êtes absent de chez vous pour une période de plus de 48 heures. Retenez en tête que la moyenne des températures dans ces différentes pièces doit être de 19 ° C.

  • Entretenir vos appareils

Étant très sollicités pendant respectivement l’hiver et l’été, les systèmes de chauffage et de climatisation doivent faire l’objet d’entretiens réguliers pour réparer d’éventuels pépins qui peuvent occasionner des dysfonctionnements. Moins efficaces, ces systèmes peuvent solliciter plus d’énergie. Il ne faut pas oublier de laisser tourner votre chaudière en mode eau chaude seulement pendant la période estivale et éteindre les radiateurs.

D’ailleurs, ces derniers doivent être dépoussiérés régulièrement et des séances de purges sont nécessaires pour ceux qui fonctionnent au liquide caloporteur.

  • Usages précis : zéro gâchis

Pour ce qui est du reste des postes qui nécessite de la consommation d’énergie, il est judicieux d’adopter des gestes au quotidien plus responsables comme :

  • Ne pas mettre de plat chaud dans le réfrigérateur
  • Réduire la température de la température de lavage et programmer le lave-linge
  • Ne pas laisser les appareils électriques en veille pendant toute la nuit
  • Privilégier les modes « éco » pour les appareils qui en sont dotés.

La liste est loin d’être exhaustive et il va de soi que vous pouvez personnaliser les autres conseils que vous trouvez lors de vos recherches. Le plus dur c’est juste de changer les mauvaises habitudes.